Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes

LANCEMENT D’UNE CAPSULE VIDÉO ET D’UN APPEL À L’ACTION DANS LES MÉDIAS ÉCRITS

Des organisations féministes lancent aujourd'hui la Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes par la publication d’un appel à l’action dans les médias écrits ainsi que le lancement d’une capsule vidéo sur le thème « La violence envers les femmes continue d'exister parce que...».

Les 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes
Cette campagne se déroule partout au Québec du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, au 6 décembre, Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Partout à travers le Québec, des groupes interpelleront de diverses façons la société québécoise pour dénoncer les entraves à l’élimination de cette violence.

« Trop de personnes considèrent que la violence n’existe plus ou ne concerne que quelques femmes. Or, la violence envers les femmes est loin d’être un phénomène marginal ! » affirme Louise Riendeau, porte-parole de la campagne. « C’est pourquoi nous publions, aujourd'hui dans les principaux journaux, une annonce endossée par plus de 50 organismes et plus de 80 personnes» continue Mme Riendeau. Cette annonce invite les lectrices et lecteurs à visionner la capsule vidéo au http://www.ffq.qc.ca/2011/11/12-jours-d-action/. Elle met en évidence différents facteurs qui, encore en 2011, perpétuent la violence envers les femmes ainsi que la responsabilité individuelle et collective que nous avons, toutes et tous, de la faire cesser. « Cette campagne est d’autant plus importante à l’heure actuelle : le gouvernement fédéral veut démanteler le contrôle des armes à feu au Canada en abolissant le registre des armes d’épaule, en détruisant toutes les données du registre et en rendant optionnelle la vérification des permis d’armes à feu par les marchands d’armes lors de l’achat ou du transfert d’une arme Pourtant, la Loi sur les armes à feu est un outil de prévention important en matière de violence faite aux femmes.» s’exclame la porte-parole.

«Pour assurer le droit à la sécurité des femmes de leur province et territoires respectifs, les autorités des premières nations ne devraient pas être privés de l’accès à ces données et, éventuellement, d’administrer leur propre registe» déclare Michèle Audette, présidente de Femmes Autochtones du Québec.

La Campagne des 12 jours d’actions se clôturera avec un rassemblement public, le 6 décembre prochain, devant le Palais de justice de Montréal, à 12h afin de commémorer les victimes de la tuerie de Polytechnique, dénoncer la violence envers les femmes mais, surtout, proposer des solutions. « À cette occasion, nous dirons haut et fort que, tant qu’il y aura de la violence envers les femmes, l’égalité de fait sera impossible ! » termine Madame Riendeau.

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »