Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

06 décembre 2012

Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes

Le comité organisateur des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes réunit à chaque année plusieurs personnes devant le palais de justice de Montréal pour le rassemblement public de commémoration de la tuerie de l’École Polytechnique. Le 6 décembre 1989, 14 femmes ont été assassinées parce qu’elles étaient des femmes. Les 12 jours d'action précèdent la date du 6 décembre.

L’événement a pour but de rappeler que malgré les avancées de la situation des droits des femmes au Québec, la violence envers les femmes continue d’exister, et ce, ici comme ailleurs. Plusieurs autres activités commémoratives ont lieu ailleurs au Québec et au Canada.

L’égalité impossible tant que la violence envers les femmes existe

«Encore aujourd’hui, trop de femmes meurent assassinées par des hommes. Trop souvent, on ne croit pas les femmes, on banalise ce qu’elles vivent, on excuse les hommes… Tant que toutes ces attitudes et ces préjugés à l’égard de la violence sexiste perdureront, une réelle égalité femmes-hommes est impossible» déplore Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec et porte-parole.

Karine Tremblay du Regroupement québécois des CALACS et porte-parole rappelle que la violence envers les femmes est encore trop répandue. «On en parle bien peu, mais la violence subie par les femmes est toujours un fléau, et elle devrait faire l’objet d’une mobilisation majeure, qui déborde du mouvement des femmes» ajoute-t-elle.

Les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont des femmes, ici comme ailleurs

Le 6 décembre est aussi l’occasion de dénoncer l’impunité favorisée par les structures judiciaires et étatiques qui s’avèrent incapables de garantir la sécurité et le respect de la vie des femmes.

En effet, des horreurs ont encore lieu aujourd’hui partout sur la planète : « 400 000 femmes sont violées chaque année en République démocratique du Congo (RDC), soit plus de 1150 par jour et près de 50 par heure ; puis, environ 1000 femmes ont été enlevées, violées, mutilées et tuées dans la ville de Ciudad Juarez au Mexique depuis 1993 » déplore Yasmina Chouakri de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes et porte-parole. De plus, «plus de 600 femmes autochtones ont disparues et on été assassinées au Canada depuis les 20 dernières années, et ce, sans qu’il y ait commission d’enquête au niveau national Comment se fait-il qu’aucune mesure concrète ne soit mise en place par les États et gouvernements lors de crimes contre les femmes à si grande échelle ? » interroge Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec et porte-parole.

« Au Québec, 31 femmes ont été tuées ou victimes de tentatives de meurtre de la part de leur conjoint ou ex-conjoint en 2011, et un organisme comme SOS violence conjugale reçoit encore au-delà de 25 000 demandes d’aide par année. Plus qu’être saisissantes, ces données devraient être perçues comme un appel à l’action concertée» affirme Manon Monastesse de la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec. « La société québécoise démontre une volonté d’établir des rapports sociaux de sexes plus égalitaires. Pourtant, elle maintient des idéologies et des structures qui occultent encore la pleine reconnaissance et la résolution de la problématique de la violence faite aux femmes qui, ne l’oublions pas, demeure pandémique à l’échelle mondiale » soulève la porte-parole.

«En ce 6 décembre 2012, nous rappelons que, tant qu’il y aura de la violence envers les femmes et que celle-ci sera banalisée et tolérée, notre lutte pour que les femmes vivent en sécurité et en toute dignité se poursuivra!» termine Alexa Conradi. Toutes les informations sur la Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes sont disponibles au :www.ffq.qc.ca.

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »