Attitude aidante # 11 : FAVORISER SON AUTONOMIE

02 septembre 2016

Il est normal de vouloir trouver des solutions ou d’offrir ses conseils à une personne dans le besoin. Si vous êtes tentée par une telle attitude, rappelez-vous que l’agression sexuelle se caractérise par la prise de pouvoir sur une personne qui s’est vue imposer quelque chose contre sa volonté. Se reconstruire suite à une agression, c’est récupérer sa volonté propre, son pouvoir d’agir, de vouloir ou de refuser. En gardant cela en tête, il vous sera plus facile d’accompagner la personne vers la reprise de son autonomie en l’invitant à identifier elle-même ses besoins et à trouver les moyens d’y répondre. Encouragez-la à prendre ses propres décisions. Valorisez les bons coups, misez sur ses forces, soulignez ses bonnes idées. Aidez là à reprendre confiance en elle. Accompagnez-la dans son cheminement, en suivant son rythme, afin qu’elle reprenne du pouvoir sur sa vie. Bien que cela soit tentant, évitez la prise en charge de l’autre. La prise en charge peut être néfaste. Elle peut amener une forme de revictimisation ou encore décourager l’autonomie de la personne, ce qui n’est pas souhaitable.


*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :


Parce que Liliana est née avec une déficience intellectuelle, elle vit toujours chez son père à l’âge de 40 ans. Lorsque Liliana lui a parlé du harcèlement sexuel que lui imposait son nouveau supérieur au travail, son père a immédiatement appelé l’employeur pour lui dire que sa fille ne remettrait plus les pieds dans son
entreprise. Privée de son emploi, Liliana est restée à la maison et s’est refermée sur elle-même jusqu’au jour où elle a décidé d’en parler avec sa voisine. Elle lui a dit ce qu’elle n’avait pas pu dire à son père : Liliana préférait retourner au travail que de rester toute la journée à la maison. Quand sa voisine lui a demandé ce qu’elle voulait faire,  Liliana a pris plusieurs jours pour y penser. Puis, elle est retournée la voir et lui a dit qu’elle voulait porter plainte contre son supérieur et
récupérer son poste à l’usine. Sa voisine lui a dit qu’elle était fière de sa décision et lui a offert son aide pour l’accompagner dans ses démarches.

 

Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante # 11

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

 

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »