Attitude aidante #10 OFFRIR DU SOUTIEN

03 septembre 2016

Assurez la personne de votre disponibilité, que ce soit pour en parler ou pour l’accompagner dans ses démarches. Ne la laissez pas seule. Peut-être avez-vous été victime d’agression sexuelle vous-même et que les dévoilements d’une autre personne vous font revivre votre propre agression ou que vous ne vous sentez tout simplement pas en mesure d’offrir un soutien adéquat à ce moment précis pour toutes sortes de raisons. Ne vous culpabilisez pas et surtout, respectez vos limites. Par contre, Si vous vous sentez incapable d’aider la personne, il est important de le lui dire et de l’aider à trouver une autre personne qui sera en mesure de le faire. Vérifiez si la personne à un réseau de soutien (famille, amis) qui pourrait l’aider.

 

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Michelle va voir son amie Nicole lors d’un tournoi de basketball parce qu’elle ne sait plus si elle va rester dans l’équipe. Nicole est surprise et lui pose des questions. Michelle finit par lui raconter que leur entraîneur l’a menacée de l’exclure de l’équipe si elle ne lui faisait pas une fellation. « J’ai tellement honte mais je ne voulais pas perdre ma place dans l’équipe... ». Or, depuis cet épisode, Michelle ne se sent pas bien, elle a peur et fait beaucoup de cauchemars. « Je suis là pour toi » lui dit Nicole, « je t’aiderai si tu as besoin d’accompagnement dans tes démarches, que ce soit pour porter plainte contre lui, ou d’aller en parler à l’infirmière de l’école.»

 

Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante # 10

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »