Attitude aidante #7 VALIDER SES ÉMOTIONS ET SENTIMENTS

06 septembre 2016

En imposant des actes sexuels à une personne contre sa volonté, l’agresseur méprise les sentiments de la victime. Lorsque cette dernière dévoile la violence qu’elle a vécue, elle est souvent submergée par des sentiments qu’elle réprime depuis longtemps. Parfois contradictoires, parfois violents d’autres fois timides et mitigées, la survivante d’une agression ré-apprivoise tranquillement ses émotions pour se donner le droit de les vivre et les accepter. Encouragez-la à exprimer ce qu’elle ressent, que ce soit en pleurant, en riant ou en criant, en frappant un oreiller ou en se réfugiant dans des bras aimants. Validez ses émotions. Favorisez l’expression de ses sentiments, incluant la colère ou la honte qui habite plusieurs victimes. Normalisez ses réactions.  

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

En rentrant à la maison, Carla était prise d’un rire nerveux. Son grand-frère l’accueilli quelque peu déconcerté.  Elle le prit dans ses bras en lui disant qu’elle s’en était sorti de justesse. Sur un ton survolté, elle lui dit que son « ami » Cédric, celui qui l’avait invité à sortir était un manipulateur, un menteur, un pervers. Elle riait toujours en lui racontant qu’elle avait beau lui dire non, il continuait, puis en lui racontant comment elle était tombée en essayant de se débattre. Carla reprit tranquillement son souffle et s’assit. Son visage s’assombrit. « Je suis pas normale, pourquoi je ris comme ça? ». « Tu es sous le choc, Carla, c’est normal. » Puis elle éclata en sanglots. « Pleure, Carla, si ça te fait du bien.» Carla lui dit que pleurer ne l’aidait pas, elle voulait crier. Il l’accompagna au sous-sol et l’invita à crier de toutes ses forces. 

 Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

Actualités RQCALACS

24
mai

Hier en fin d’après-midi, la CFVF a rencontré le chef du Parti québécois, Jean François Lisée, accompagné de la vice cheffe, Véronique Hivon, et de la représentante de la condition féminine, Catherine Fournier. La CFVF a bien entendu exigé une rencontre avec chacun des chefFEs de partis mais tous n’ont pas donné suite à cette invitation. Cette première rencontre devrait donc être annonciatrice des suivantes…

Lire la suite »

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Commande d'outils de sensibilisation

Lire la suite »