Attitude aidante #4 RECEVOIR SANS AMPLIFIER OU MINIMISER

09 septembre 2016

Accueillir le dévoilement d’une victime d’agression sexuelle, c’est recevoir son récit tel qu’il est, sans chercher à évaluer la gravité du crime ou à le comparer à d’autres situations. Les victimes réagissent différemment et la réaction d’une même personne peut changer selon le moment de sa vie où se produit l’agression. Pour cette raison, il n’est pas question de juger ou de hiérarchiser les agressions selon des faits, mais plutôt de comprendre le vécu propre à la personne. On se gardera donc de dramatiser la situation «à ta place, j’aurais envie de le tuer, comment tu fais pour être aussi calme?!» ou au contraire de banaliser «ça va passer, tu vas voir, t’es pas la première à qui ça arrive» ou encore «dis-toi que ça aurait pu être pire.»

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Suite à l’atelier de sensibilisation que Delphine a donné au Centre de réadaptation, deux bénéficiaires sont venues la voir à son bureau pour lui parler de l’un des aides-soignants. Mme Dao lui a raconté qu’il la menaçait afin de lui imposer des gestes intimes sans son consentement. Lorsqu’elle lui a dit qu’il s’agissait, selon elle, d’agressions à caractère sexuel, Delphine a abondé dans son sens en reprenant ses mots : «s’il n’a pas respecté votre consentement, vous avez raison de dire qu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel.» Le lendemain, lorsque Mme Dao s’est présentée au bureau de la responsable du centre pour lui dire qu’elle ne supportait plus les «touchers déplacés» de ce même aide-soignant, Mme Simard a acquiescé : «Vous avez bien fait de m’en parler, si vous sentez que ses touchers sont déplacés, cela doit s’arrêter.»

   Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #4

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

 

Actualités RQCALACS

14
déc

Montréal, 14 décembre 2017. Appuyé par des groupes sociaux, un avocat demande une révision judiciaire pour que trois victimes d’actes criminels puissent conserver les indemnités reçues, en ce moment absorbées injustement par l’aide sociale.

Lire la suite »

14
déc

Dans un contexte de surplus budgétaires: toutes les solutions sont donc réunies et à la portée des décideurs publics : le Québec peut, dès aujourd’hui, faire le choix de s’attaquer aux violences sexuelles en offrant aux CALACS l’appui nécessaire pour déployer leur mission. Dans ce contexte, pourquoi ce limiter à des fonds ponctuels?

Lire la suite »

11
déc

Le RQCALACS offre un contrat de travail à temps partiel à une chargée de projet qui coordonnera le déploiement du programme Empreinte- agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel, destiné aux jeunes de niveau secondaire, à leurs parents et au personnel scolaire.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Ensemble, créons une chaîne de solidarité

Lire la suite »