Attitude aidante #4 RECEVOIR SANS AMPLIFIER OU MINIMISER

09 septembre 2016

Accueillir le dévoilement d’une victime d’agression sexuelle, c’est recevoir son récit tel qu’il est, sans chercher à évaluer la gravité du crime ou à le comparer à d’autres situations. Les victimes réagissent différemment et la réaction d’une même personne peut changer selon le moment de sa vie où se produit l’agression. Pour cette raison, il n’est pas question de juger ou de hiérarchiser les agressions selon des faits, mais plutôt de comprendre le vécu propre à la personne. On se gardera donc de dramatiser la situation «à ta place, j’aurais envie de le tuer, comment tu fais pour être aussi calme?!» ou au contraire de banaliser «ça va passer, tu vas voir, t’es pas la première à qui ça arrive» ou encore «dis-toi que ça aurait pu être pire.»

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Suite à l’atelier de sensibilisation que Delphine a donné au Centre de réadaptation, deux bénéficiaires sont venues la voir à son bureau pour lui parler de l’un des aides-soignants. Mme Dao lui a raconté qu’il la menaçait afin de lui imposer des gestes intimes sans son consentement. Lorsqu’elle lui a dit qu’il s’agissait, selon elle, d’agressions à caractère sexuel, Delphine a abondé dans son sens en reprenant ses mots : «s’il n’a pas respecté votre consentement, vous avez raison de dire qu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel.» Le lendemain, lorsque Mme Dao s’est présentée au bureau de la responsable du centre pour lui dire qu’elle ne supportait plus les «touchers déplacés» de ce même aide-soignant, Mme Simard a acquiescé : «Vous avez bien fait de m’en parler, si vous sentez que ses touchers sont déplacés, cela doit s’arrêter.»

   Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #4

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

 

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »