Attitude aidante #4 RECEVOIR SANS AMPLIFIER OU MINIMISER

09 septembre 2016

Accueillir le dévoilement d’une victime d’agression sexuelle, c’est recevoir son récit tel qu’il est, sans chercher à évaluer la gravité du crime ou à le comparer à d’autres situations. Les victimes réagissent différemment et la réaction d’une même personne peut changer selon le moment de sa vie où se produit l’agression. Pour cette raison, il n’est pas question de juger ou de hiérarchiser les agressions selon des faits, mais plutôt de comprendre le vécu propre à la personne. On se gardera donc de dramatiser la situation «à ta place, j’aurais envie de le tuer, comment tu fais pour être aussi calme?!» ou au contraire de banaliser «ça va passer, tu vas voir, t’es pas la première à qui ça arrive» ou encore «dis-toi que ça aurait pu être pire.»

*Cette mise en situation est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Suite à l’atelier de sensibilisation que Delphine a donné au Centre de réadaptation, deux bénéficiaires sont venues la voir à son bureau pour lui parler de l’un des aides-soignants. Mme Dao lui a raconté qu’il la menaçait afin de lui imposer des gestes intimes sans son consentement. Lorsqu’elle lui a dit qu’il s’agissait, selon elle, d’agressions à caractère sexuel, Delphine a abondé dans son sens en reprenant ses mots : «s’il n’a pas respecté votre consentement, vous avez raison de dire qu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel.» Le lendemain, lorsque Mme Dao s’est présentée au bureau de la responsable du centre pour lui dire qu’elle ne supportait plus les «touchers déplacés» de ce même aide-soignant, Mme Simard a acquiescé : «Vous avez bien fait de m’en parler, si vous sentez que ses touchers sont déplacés, cela doit s’arrêter.»

   Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #4

La campagne #OnVousCroit

 

Voir les attitudes aidantes précédentes

 

 

Actualités RQCALACS

8
sep

Les parcours de survivance sont multiples et certains sont encore aujourd’hui perçus comme étant moins légitimes. Malgré les mouvements de dénonciation qui se sont succédés, le mythe de la victime parfaite, construit par les systèmes discriminatoires en place, persiste dans l’esprit collectif. La Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes vise cette année à déconstruire ce mythe en reconnaissant la pluralité des expériences et en célébrant les survivantes et leurs parcours, quels qu’ils soient. Ces trajectoires sont toutes empreintes de courage, un courage qui n’a certes pas été choisi, qui leur est imposé, mais qui est vécu selon les besoins et les réalités de chacune.

Lire la suite »

6
aoû

En regard de cette troisième vague de dévoilements, quelques constats s'imposent à nous.

Lire la suite »

17
jui

Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) salue le dépôt du projet de loi n°55 visant notamment à abolir le délai de prescription pour les recours civils en matière de violence sexuelle, conjugale ou subie durant l’enfance.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

Projet vedette

«Courageuses de toutes façons… À notre façon!»

Lire la suite »