Attitude aidante #2 ÉCOUTER SANS JUGER

11 septembre 2016

Écoutez ce que la victime a à dire sans porter de jugement. Ayez une attitude non verbale d’ouverture : bon contact des yeux, posture ouverte, etc.

Il n’est pas toujours facile de ne pas juger l’autre. En réalité, nous passons beaucoup de notre temps à juger les autres, les situations, à critiquer, à comparer… en fonction de nos valeurs, nos priorités, nos choix, etc. Dans ce cas-ci, il est important de se concentrer sur l’autre, d’écouter en tentant d’accueillir ses réactions, ses émotions même si cela n’est pas évident. Vous n’étiez pas dans ses souliers.  Rappelez-vous qu’il est facile de juger autrui. En toutes circonstances, faites preuve de patience et d’ouverture.

*Cette mise en situation  est fictive, elle est uniquement présentée à titre d’exemple :

Depuis sa séparation, Rachel se sent seule. Elle s’est récemment inscrite sur un site de rencontre. Et c’est là qu’elle a rencontré Claude. Il était drôle, charmant et galant.  Elle était sous le charme.  Après quelques rencontres en « terrain neutre », Rachel a invité Claude à la maison pour un souper.  Après le repas, Claude est devenu rapidement entreprenant, voulant « passer aux choses sérieuses »  disait-il, mais Rachel ne se sentait pas prête à faire le saut.  Et c’est sans son consentement qu’il l’agressa dans le salon. Rachel était dévastée et elle se confia le lendemain matin à sa meilleure amie Mélanie. « J’en reviens pas qu’il m’ait fait ça. J’ai pas été capable de l’arrêter.» « Tu parles d’une idée d’inviter un étranger chez-nous. J’aurais m’en douter, c’était trop beau pour être vrai.» Mélanie l’écouta, la réconforta en se gardant bien de juger la situation ou d’essayer de se mettre à sa place. « Il faut le vivre pour savoir comment on réagirait» se disait-elle dans sa tête.  L’important c’était que son amie sache qu’elle était là pour elle. Clairement, aucune femme ne veut se faire agresser, être violentée.

 

                  Téléchargez la version PDF de l'attitude aidante #2

                  La campagne #OnVousCroit

 

                 Voir les attitudes aidantes précédentes

 
 

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »