Attitude aidante #1 CROIRE

12 septembre 2016

La majorité des victimes d’agression sexuelle hésitent longtemps avant d’en parler à une personne proche ou encore à un-e intervenant-e. Selon nos statistiques, les femmes attendent en moyenne 13 ans avant de venir cogner aux portes des CALACS. La honte, la peur de ne pas être crue et un sentiment de culpabilité les amènent souvent à garder le silence, et ce durant plusieurs années.

Croyez ce que la victime vous dit, c’est fondamental à son rétablissement. Il est fort possible que son témoignage vous fasse vivre une variété d’émotions en passant par la colère, la frustration, l’incrédulité, le déni ou un sentiment d’impuissance. Cela est normal mais vos émotions ne devraient pas vous faire remettre en question ou en doute le dévoilement de la personne. Comprenez qu’elle a choisi de vous faire confiance et de vous en parler. Cela constitue un grand pas, important pour elle.

Contrairement à la croyance populaire, les femmes inventent rarement ce genre de situation. Personne ne souhaite s’exposer aux nombreux préjugés véhiculés dans la société sur les victimes ou plus largement, sur la violence sexuelle ou encore, faire face à l’incompréhension de son entourage.  Elles n’ont aucune raison d’inventer de telles histoires.

 

*La mise en situation ci-dessous est fictive et sert uniquement d’exemple :

50 ans. Rosanne vit avec son secret depuis 50 ans. Elle a bien essayé d’en parler à sa tante Colette à l’époque mais celle-ci l’avait rabrouée sévèrement en disant qu’elle allait être excommuniée pour partir de tels ragots. « Le curé Michaud c’est le bras droit du seigneur. Il ne ferait jamais ça. Sa Foi ne le permet pas. C’est impossible.»

Hier soir, lors d’une réunion familiale, 50 ans plus tard, Rosanne a explosé… C’est en se remémorant le passé, les fêtes de famille et la messe de minuit que le nom du curé Michaud a fait surface. La pluie d’éloges à son endroit a fait déborder le vase. « Le curé Michaud…Le curé Michaud… Qu’est-ce que vous savez vraiment sur lui ? Moi je sais qui il était vraiment… un voleur d’enfance… C’était un vieux cochon. »  Tout le monde se tut sous le choc. Rosanne quitta rapidement la pièce. C’est son oncle Rosaire qui vient la retrouver. «Mais qu’est-ce que tu viens de dire là ?  Es-tu en train de dire que le curé Michaud t’a touché… Je veux dire… qu’il t’a agressée? ». « Oui c’est ça que je suis en train de dire… J’imagine que tu ne me crois pas ? ». « Ce n’est pas ça que j’ai dit… Je suis sonné… C’est toute une révélation. » « Tu ne me crois pas ? ». « Je sens toute la charge que tu as. Je vois bien que ça te mets toute à l’envers. Je sais bien que tu n’inventerais pas quelque chose d’aussi grave que ça... Je te crois. » « Vraiment ? ». « Vraiment !» de répondre son oncle.

Téléchargez en version PDF de l'attitude # 1

La campagne #OnVousCroit

 

 

Actualités RQCALACS

12
oct

À pareille date l’an dernier, les réseaux sociaux étaient pris d’assaut par des milliers survivant.e.s d’agression à caractère sexuel qui témoignaient de leur vécu sous le mot-clic #MeToo, alors qu’une actrice hollywoodienne, Alyssa Milano, propulsait le mouvement initié par la militante afro-féministe Tarana Burke. Aujourd’hui, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réitèrent la nécessité d’un véritable changement de culture PERMANENT et des actions soutenues pour contrer les violences sexuelles.

Lire la suite »

28
sep

Lettre ouverte suite au point de presse du Parti Québécois du mercredi 26 septembre 2018 Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) constate la sortie du Parti Québécois– représenté par la vice cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, ainsi que les candidats Carole Poirier (Hochelaga Maisonneuve), Maka Kotto (Bourget), Jennifer Drouin (Sainte-Marie–Saint-Jacques) et Marie-Aline Vadius (Laurier-Dorion)- pour rappeler l’importance de donner suite au mouvement #moiaussi.

Lire la suite »

25
sep

À quelques jours des élections, force est de constater que les chef.fes de partis n’ont pas tiré de grandes leçons du mouvement planétaire #moiaussi des derniers mois. La devise du Québec ne semble pas s’appliquer aux dossiers chauds soulignant l’ampleur des discriminations, iniquités et violences diverses et variées dont sont encore victimes les femmes au quotidien dans notre société dite progressiste. Il semble malheureusement que leur vote soit considéré aussi acquis que leur consentement.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne Ça me regarde!

Lire la suite »