Historique du RQCALACS

Les premiers CALACS ont vu le jour dans les années 1970. Leur naissance s'inscrit directement dans l'évolution du mouvement des femmes, lequel a contribué à développer une nouvelle vision des agressions à caractère sexuel. Devant l’attitude discriminatoire du système policier et judiciaire, l’absence d’accueil et de soins adéquats du système hospitalier et la rareté des ressources d’aide, des féministes ont travaillé à la mise sur pied de ressources pour venir en aide aux femmes agressées sexuellement dès les années 1970.  À cette époque, des groupes de femmes démontrent que le système judiciaire n'assure ni la protection, ni le droit à la sécurité et à la liberté des femmes. Trop souvent, ajoute-t-on, la police juge les «cas de viol » comme non fondés et les hôpitaux refusent des femmes ayant subi des agressions à caractère sexuel. En outre, ces groupes déplorent que les services sociaux perçoivent ces femmes comme une clientèle marginale. De plus, la population entretient de nombreux préjugés à l'égard de cette problématique, mais également à l'égard des femmes qui en sont les principales victimes.

 Le premier CALACS a vu le jour en 1975. Rapidement, plusieurs autres Centres se sont mis en place et, en 1979, le Regroupement québécois des CALACS est mis sur pied afin d’assurer l’échange d’expertises entre les intervenantes et de collaborer au déploiement de politiques gouvernementales pour prévenir les agressions sexuelles et soutenir les victimes. Depuis sa création, il a véritablement tissé un réseau solide à travers le Québec qui s'est agrandi au fil des ans pour rejoindre un très grand nombre de femmes. Il est devenu une composante sociale bien enracinée dans la communauté.  De nos jours, le Québec compte sur près de quarante ressources de type CALACS dont 26 sont membres du Regroupement québécois des CALACS.
 

 

35 ans du RQCALACS

Actualités RQCALACS

28
avr

« Pour les victimes, la cause est entendue, mais elle le devrait être aussi pour le gouvernement du Québec, car le 4 avril 2018 la Coalition Avenir Québec prenait l’engagement d’abolir le délai de prescription s’il prenait le pouvoir lors des élections générales du 1er octobre dernier, tout comme le Parti Québécois et Québec solidaire. Nous attendons donc un projet de loi et il nous est difficile d’être patient, car nous attendons depuis si longtemps d’avoir simplement un accès juste à la justice » a conclu monsieur Sébastien Richard.

Lire la suite »

24
avr

Les personnes intéressées ont jusqu'au 20 mai 2019 pour soumettre leur candidature au poste d'agente de liaison au volet diversité et intersectionnalité et au poste d'agente de liaison à l'analyse des enjeux et incidences politiques.

Lire la suite »

18
mar

La Ministre de la justice et procureure générale du Québec, Mme Sonia Lebel, accompagnée de Mme Hélène David, Mme Véronique Hivon et Mme Christine Labrie (toutes les trois respectivement Députées de Marguerite-Bourgeoys, Joliette et Sherbrooke) ont annoncé, ce matin, la création d’un comité d’expert.e.s sur l'accompagnement des victimes d'agressions à caractère sexuel et de violence conjugale. Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) salue cette initiative qui s’inscrit selon nous dans une recherche de pistes de solutions basées sur le partage d’expériences et d’expertises entre les groupes terrains et les instances politiques.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Dévoilements publics et libération de la parole : Impacts sur nos communautés et perspectives communes

Lire la suite »