Attitudes aidantes

Pour une personne qui a subi des agressions à caractère sexuel, il peut être difficile d’en parler. « Est-ce qu’on va croire mon histoire ? » « À qui dois-je en parler ? » « Que va-t-il se produire si j’en parle ? »

Plusieurs raisons contribuent à son silence : les mythes et les préjugés, la crainte des représailles de l’agresseur, l’impression d’être la seule à vivre cette situation, le fait d’avoir des sentiments confus à l’égard de l’agresseur, la crainte des démarches judiciaires, la peur de perturber la vie de ses proches et l’impression d’être responsable de l’évènement.

Il n’est pas facile d’aider une personne qui a subi une agression à caractère sexuel. La personne qui reçoit ce genre de confidences doit être à l’affût de ses propres réactions et de celles de la victime, avant d’émettre un jugement ou d’entreprendre une action.

  1. Soyez à l’écoute;
  2. Croyez la personne;
  3. N’ayez pas de jugements;
  4. Ne posez pas de questions suggestives;
  5. Laissez la personne vous parler en ces propres mots;
  6. Recevez la personne dans ses émotions et respectez son rythme;
  7. Évitez les réactions trop fortes, maitrisez vos émotions;
  8. Remettez la responsabilité à l’agresseur;
  9. Vérifiez si la personne est en situation de danger et si elle a des idées suicidaires;
  10. Vérifiez si la personne à un réseau de soutien (famille, amis);
  11. Vérifiez les ressources de la région et référez au besoin;
  12. Si besoin, allez chercher du soutien.

 

Pour en savoir plus sur comment aider une victime d’agression sexuelle :
Table de concertation sur les agressions à caractère sexuel de Montréal

Actualités RQCALACS

12
oct

À pareille date l’an dernier, les réseaux sociaux étaient pris d’assaut par des milliers survivant.e.s d’agression à caractère sexuel qui témoignaient de leur vécu sous le mot-clic #MeToo, alors qu’une actrice hollywoodienne, Alyssa Milano, propulsait le mouvement initié par la militante afro-féministe Tarana Burke. Aujourd’hui, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réitèrent la nécessité d’un véritable changement de culture PERMANENT et des actions soutenues pour contrer les violences sexuelles.

Lire la suite »

28
sep

Lettre ouverte suite au point de presse du Parti Québécois du mercredi 26 septembre 2018 Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) constate la sortie du Parti Québécois– représenté par la vice cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, ainsi que les candidats Carole Poirier (Hochelaga Maisonneuve), Maka Kotto (Bourget), Jennifer Drouin (Sainte-Marie–Saint-Jacques) et Marie-Aline Vadius (Laurier-Dorion)- pour rappeler l’importance de donner suite au mouvement #moiaussi.

Lire la suite »

25
sep

À quelques jours des élections, force est de constater que les chef.fes de partis n’ont pas tiré de grandes leçons du mouvement planétaire #moiaussi des derniers mois. La devise du Québec ne semble pas s’appliquer aux dossiers chauds soulignant l’ampleur des discriminations, iniquités et violences diverses et variées dont sont encore victimes les femmes au quotidien dans notre société dite progressiste. Il semble malheureusement que leur vote soit considéré aussi acquis que leur consentement.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne Ça me regarde!

Lire la suite »