Les victimes d’actes criminels continuent d’être pénalisées par l’aide sociale malgré un plan pour lutter contre la pauvreté

14 décembre 2017

Montréal, 14 décembre 2017. Appuyé par des groupes sociaux, un avocat demande une révision judiciaire pour que trois victimes d’actes criminels puissent conserver les indemnités reçues, en ce moment absorbées injustement par l’aide sociale.

Le Tribunal administratif du Québec a récemment jugé, selon l’interprétation de la loi du programme d’aide sociale, que les indemnités accordées aux victimes d’actes criminels doivent être considérées comme un revenu. « Il s’agit d’une injustice flagrante parce qu’il a été évalué que ces personnes ont besoin de ces montants pour surmonter le traumatisme vécu. Or, si la personne est à l’aide sociale, cette indemnité est retranchée de son chèque d’aide sociale. C’est un deux poids, deux mesures injuste et injustifié! », s’indigne Yann Tremblay-Marcotte du Front commun des personnes assistées sociales du Québec.

Le ministre Blais n’ayant pas annoncé ce changement dans le « Plan pour l’inclusion économique et la participation sociale », les victimes d’actes criminels n’ont d’autres choix que de se tourner vers un long et épuisant processus judiciaire pour conserver leurs indemnités.

L’avocat représentera les victimes en Cour aujourd’hui, 14 décembre à 9h00. Il est disponible pour des entrevues.

 

- 30 -

 

Information
Yann Tremblay-Marcotte, coordonnateur
Front commun des personnes assistées sociales du Québec
514-577-3279
sol@fcpasq.qc.ca

Actualités RQCALACS

8
sep

Les parcours de survivance sont multiples et certains sont encore aujourd’hui perçus comme étant moins légitimes. Malgré les mouvements de dénonciation qui se sont succédés, le mythe de la victime parfaite, construit par les systèmes discriminatoires en place, persiste dans l’esprit collectif. La Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes vise cette année à déconstruire ce mythe en reconnaissant la pluralité des expériences et en célébrant les survivantes et leurs parcours, quels qu’ils soient. Ces trajectoires sont toutes empreintes de courage, un courage qui n’a certes pas été choisi, qui leur est imposé, mais qui est vécu selon les besoins et les réalités de chacune.

Lire la suite »

6
aoû

En regard de cette troisième vague de dévoilements, quelques constats s'imposent à nous.

Lire la suite »

17
jui

Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) salue le dépôt du projet de loi n°55 visant notamment à abolir le délai de prescription pour les recours civils en matière de violence sexuelle, conjugale ou subie durant l’enfance.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

Projet vedette

«Courageuses de toutes façons… À notre façon!»

Lire la suite »