Le RQCALACS s’engage dans la mobilisation citoyenne pour contrer la culture du viol

26 octobre 2016

Montréal, mercredi le 26 octobre 2016 - Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) est fier de s’engager dans la mobilisation citoyenne visant à dénoncer la culture du viol au Québec qui se tiendra aujourd’hui, mercredi le 26 octobre, dans plusieurs villes du Québec.

Plusieurs situations d’agression à caractère sexuel ont été grandement médiatisées dans les dernières semaines, éclaboussant au passage la GRC, l’Université Laval, puis l’Assemblée nationale. Ces évènements ont suscité l’indignation populaire et ont mené à une large mobilisation citoyenne, partout au Québec. Nous sommes ravies que la population, principalement des femmes, se lève pour dénoncer ce fléau contre lequel nous luttons depuis plus de 35 ans.

Nous notons, toutefois, qu’un événement extrêmement préoccupant est resté dans l’ombre : la semaine dernière, nous apprenions que 41 policiers de la SQ poursuivaient Radio-Canada pour propos diffamatoires suite à la diffusion de l’émission Enquête qui présentait un reportage dénonçant des agressions sexuelles qui auraient été commises sur plusieurs femmes autochtones, par des policiers de la SQ à Val d’Or.

Le RQCALACS s’inquiète des répercussions négatives que cette action pourrait avoir sur les dénonciations des femmes autochtones. Oseront-elles encore parler? Considérant l’ampleur de la violence systémique qui pèse sur les communautés autochtones, nous souhaitons offrir notre soutien à Femmes autochtones du Québec (FAQ) en réclamant une enquête indépendante sur les agressions sexuelles dénoncées par les femmes de la communauté de Val d’Or.

Du même souffle, nous réclamons du gouvernement de Philippe Couillard la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles, promise pour le printemps 2016. Malgré les dénonciations des femmes autochtones de Val d’Or, malgré l’acquittement de Jian Gomeshi, malgré le mouvement #AgressionNonDénoncée, malgré le faible taux d’agressions sexuelles dénoncées à la police (un maigre 5%), le gouvernement du Québec laisse les organisations qui soutiennent les survivantes de violence sexuelle sans plan d’action global. Nous demandons que soient mises en place des mesures visant à contrer la violence sexuelle envers les filles et les femmes autochtones, puisque plus de 75 % des jeunes filles autochtones âgées de moins de 18 ans ont été victimes d'agression sexuelle. Nous soutenons fermement, aussi, que des mesures doivent êtres mises en place pour soutenir les femmes qui sont elles aussi plus susceptibles de subir la violence sexuelle, c’est-à-dire, les femmes immigrantes, réfugiées et racisées, les femmes sourdes et les femmes vivant en situation de handicap physique ou intellectuel, pour n’en nommer que quelques-unes.

-  30  -

Pour information :

Mélanie Sarroino
Agente de liaison 
RQCALACS : 514-529-5252       
Cell médias : 514-346-5252        
Site web | Facebook | Twitter      
melanie.sarroino@qrqcalacs.qc.ca

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »