Lettre ouverte en soutien à des battantes

21 octobre 2016

Tout a commencé avec #AgressionNonDénoncée en 2014. Puis, il y a eu le cas de Jian Gomeshi, qui a montré l’inefficacité de notre système de justice à traiter les situations d’agressions sexuelles. Il y a eu les femmes autochtones de Val d’Or, qui ont dénoncé les agressions des policiers, puis ces derniers qui poursuivent actuellement la journaliste qui a révélé ces crimes dans un reportage bouleversant. Il y a eu le harcèlement sexuel de Marcel Aubut. Il a eu la GRC et les Forces armées canadiennes. Il y a eu les initiations universitaires dénoncées pour leurs activités dégradantes, sur le plan sexuel, envers les femmes. Il y a eu la série d’agressions commises dans les résidences de l’Université Laval. Et il y a cette femme qui a dévoilé ouvertement, mercredi soir dernier, l’agression sexuelle que lui a fait subir un député. Il y a, depuis des lunes, l’inceste, le harcèlement sexuel, l’exploitation sexuelle, les attouchements sexuels, etc.

Et puis il y a le gouvernement de Philippe Couillard qui, depuis trois ans, nous laisse sans plan d’action pour lutter contre la violence sexuelle. Trouvez l’erreur.

Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) et ses membres tiennent à exprimer toute leur solidarité envers chacune des victimes d’agression sexuelle, qu’elles aient dénoncé publiquement ou non les crimes qu’elles ont subis. Nous saluons avec enthousiasme les initiatives entreprises par les survivantes elles-mêmes. Elles ne sont plus des victimes. Elles ont survécu aux gestes qui ont été posés sur elles et elles reprennent actuellement le pouvoir qui leur a été enlevé au moment de l’agression subie.

Nous souhaitons fermement que cette importante médiatisation de la problématique de la violence sexuelle contribue à mettre un terme à cette culture du viol qui permet aux hommes d’agresser sexuellement des femmes en toute impunité.  Désormais, les agresseurs sauront que leurs gestes peuvent être révélés, en tout moment, à la lumière du jour. Le temps où les agresseurs pouvaient briser des vies en sachant trop bien qu’il n’y aurait aucune conséquence à leurs actes est maintenant révolu. La honte serait-elle en train de changer de camp?

Nous assistons, depuis 2014, à une réelle prise de conscience collective. Le RQCALACS s’en réjouit. Maintenant, c’est au gouvernement de Philippe Couillard d’être proactif dans cette lutte aux violences sexuelles. Nous en avons assez des réactions à la pièce. Ce dont le Québec a réellement besoin, c’est d’une stratégie globale pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

Nos pensées et nos énergies sont avec les battantes qui surmontent quotidiennement les conséquences des agressions subies, principalement celles qui sont souvent dans l’ombre, soient les femmes en situation de handicap, les femmes sourdes, autochtones, racisées, immigrantes, lesbiennes, bisexuelles, en situation de précarité financière. À toutes, les CALACS vous disent : #OnVousCroit.

Pour les survivantes et leur entourage qui ont besoin de soutien, contactez le CALACS de votre régionou la ligne d’écoute provinciale :1-888-933-9007.

Actualités RQCALACS

20
sep

Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) et ses membres souligneront, ce vendredi 20 septembre, la 38e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes (JACVSFF) en lançant un outil de sensibilisation portant sur les facteurs qui placent les femmes dans des contextes de vulnérabilité face aux violences sexuelles.

Lire la suite »

25
jui

Montréal, le 25 juin 2019 – Une demande d’autorisation d’appel à la Cour suprême du Canada a été déposée le 14 juin 2019 pour le dossier de trois victimes d’actes criminels qui demandent d’avoir accès à la totalité de leurs indemnités de l’IVAC (indemnisation des victimes d’actes criminels).

Lire la suite »

28
avr

« Pour les victimes, la cause est entendue, mais elle le devrait être aussi pour le gouvernement du Québec, car le 4 avril 2018 la Coalition Avenir Québec prenait l’engagement d’abolir le délai de prescription s’il prenait le pouvoir lors des élections générales du 1er octobre dernier, tout comme le Parti Québécois et Québec solidaire. Nous attendons donc un projet de loi et il nous est difficile d’être patient, car nous attendons depuis si longtemps d’avoir simplement un accès juste à la justice » a conclu monsieur Sébastien Richard.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne de la Journée d'action 2019

Lire la suite »