RQCALACS et CLES : Tannées d'attendre la Stratégie gouvernementale

13 octobre 2016

Montréal, le jeudi 13 octobre 2016 – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) et le Regroupement des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) dénoncent l’indifférence du gouvernement de Philippe Couillard face aux victimes d’agression et d’exploitation sexuelle.

Nous attendons, depuis plus de trois ans, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles. À l’heure actuelle, nous ne parlons plus de la lenteur du gouvernement, mais plutôt de son indifférence. Combien de femmes et de filles devront être victimes de violence sexuelle pour que le gouvernement fasse de cette Stratégie une réelle priorité?

En trois ans, ce sont plus de 16 000 crimes à caractère sexuel qui ont été signalés à la police. Si l’on en croit la statistique qui nous dit qu’aussi peu que 5% des victimes portent plainte, elles et ils seraient plus de 320 000 à avoir subi une forme d’agression sexuelle. Et lorsqu’on sait que seulement trois plaintes pour agression sexuelle sur 1 000 se soldent par une condamnation, on s’aperçoit que, depuis trois ans, ce sont plus de 319 000 victimes pour qui justice n’a pas été rendue. Quant aux victimes de traite à des fins d’exploitation sexuelle, elles sont pas moins de 600 à entrer chaque année au Canada, selon les chiffres – conservateurs – de la GRC. On compterait donc plus de 1 800 victimes de traite internationale à des fins d’exploitation sexuelle depuis trois ans, sans compter les milliers de femmes et de filles déplacées à l’intérieur même du Canada pour être prostituées. Il importe aussi de rappeler que les femmes immigrantes, réfugiées, racisées, autochtones, lesbiennes, sourdes ou vivant avec un handicap sont encore plus durement touchées par toutes ces formes de violences sexuelles, du fait qu’elles sont de surcroit discriminées par divers systèmes d’oppressions imbriqués.

Ces chiffres sont alarmants. « Il y a urgence de se doter d’une Stratégie offrant des définitions communes, un cadre d’action et des solutions concrètes afin de prévenir la violence sexuelle, de soutenir les victimes et d’offrir des alternatives aux femmes afin qu’aucune ne soit contrainte à la prostitution » affirme Mélanie Sarroino, agente de liaison au RQCALACS. « Le saupoudrage d’argent à chaque crise médiatique doit cesser, ce dont nous avons besoin c’est d’une Stratégie globale qui prenne en compte le caractère genré et les inégalités systémiques qui rendent possible les violences sexuelles » ajoute Éliane Legault-Roy, responsable des communications à la CLES.

C’est un nombre toujours grandissant de victimes que le gouvernement Couillard ignore en retardant la sortie de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

Il y a maintenant urgence d’agir. Le temps est écoulé.
Nous sommes tannées d’attendre.

- 30 -

Pour information : 

        Éliane Legault-Roy
        Responsable des communications
        CLES : 514-750-4535
        Cell médias: 514-692-4762
        Site web | Facebook | Twitter
        eliane.legault-roy@lacles.org

Mélanie Sarroino
Agente de liaison
RQCALACS : 514-529-5252
Cell médias : 514-346-5252
Site web | Facebook | Twitter
melanie.sarroino@qrqcalacs.qc.ca

 

Actualités RQCALACS

12
oct

À pareille date l’an dernier, les réseaux sociaux étaient pris d’assaut par des milliers survivant.e.s d’agression à caractère sexuel qui témoignaient de leur vécu sous le mot-clic #MeToo, alors qu’une actrice hollywoodienne, Alyssa Milano, propulsait le mouvement initié par la militante afro-féministe Tarana Burke. Aujourd’hui, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) réitèrent la nécessité d’un véritable changement de culture PERMANENT et des actions soutenues pour contrer les violences sexuelles.

Lire la suite »

28
sep

Lettre ouverte suite au point de presse du Parti Québécois du mercredi 26 septembre 2018 Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) constate la sortie du Parti Québécois– représenté par la vice cheffe du Parti Québécois, Véronique Hivon, ainsi que les candidats Carole Poirier (Hochelaga Maisonneuve), Maka Kotto (Bourget), Jennifer Drouin (Sainte-Marie–Saint-Jacques) et Marie-Aline Vadius (Laurier-Dorion)- pour rappeler l’importance de donner suite au mouvement #moiaussi.

Lire la suite »

25
sep

À quelques jours des élections, force est de constater que les chef.fes de partis n’ont pas tiré de grandes leçons du mouvement planétaire #moiaussi des derniers mois. La devise du Québec ne semble pas s’appliquer aux dossiers chauds soulignant l’ampleur des discriminations, iniquités et violences diverses et variées dont sont encore victimes les femmes au quotidien dans notre société dite progressiste. Il semble malheureusement que leur vote soit considéré aussi acquis que leur consentement.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne Ça me regarde!

Lire la suite »