Les 2 et 3 novembre, les CALACS seront dehors contre l’austérité !

29 octobre 2015

Communiqué de presse

Pour publication immédiate

Les 2 et 3 novembre, les CALACS seront dehors contre l’austérité !

Montréal 30 octobre 2015 – C’est en grand nombre que les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) participeront à l’action « 2-3 novembre, on ferme ! Le communautaire, dehors contre l’austérité ».  Le Regroupement québécois des CALACS se joindra aux actions organisées par la Fédération des femmes du Québec et à la manifestation « le communautaire, on n’a pas les moyens de s’en passer! » qui aura lieu devant le bureau du premier ministre Couillard le 3 novembre prochain. À l’initiative des campagnes Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire et Les droits, ça se défend !, cette importante mobilisation vise à dénoncer les mesures d’austérité et le sous-financement chronique des groupes communautaires qui, tous deux, ont de graves conséquences sur la population.

À ce jour, plus de 1000 organismes communautaires ont répondu à l’appel lancé par les groupes de défense collective des droits et ceux du domaine de la santé et des services sociaux et leur nombre continuera de croître tout au long de la semaine « La population est invitée à se joindre aux CALACS de leur région non seulement pour soutenir ces derniers, mais aussi pour appuyer l’ensemble des organismes communautaires autonomes de toutes les régions. Notre action illustre la solidarité entre les groupes de plusieurs domaines : santé et services sociaux, défense collective des droits, secteur famille, éducation, environnement, et d’autres encore» de dire Nathalie Duhamel, coordonnatrice du RQCALACS.

 

« Les mesures d’austérité touchent d’avantage les femmes et les rend encore plus vulnérables ce qui accroît le risque pour elles d’être victimes de violence, incluant la violence sexuelle » ajoute Mme Duhamel. Les CALACS rencontrent régulièrement des femmes qui souffrent du trouble de stress post-traumatique et de plus en plus de femmes qui rencontrent des problèmes de santé mentale.  Le travail des CALACS a donc une grande incidence sur les coûts sociaux reliés aux conséquences des agressions sexuelles. Leur action directe et ciblée a d’énormes répercussions sur la qualité de vie et la participation sociale des femmes et des adolescentes que les intervenantes des CALACS rencontrent, et par conséquent, auprès des communautés au sein desquelles elles interviennent. « Après une démarche dans un CALACS, plusieurs poursuivent leurs études, réintègrent le marché du travail, et surtout reprennent du pouvoir sur leur vie. La situation oblige plusieurs CALACS à fermer durant 2 jours, à débrayer ou à interrompre leurs activités pour que le gouvernement du Québec voit les conséquences des mesures d’austérité et du sous-financement des organismes communautaires » de poursuivre Mme Duhamel.

À travers le Québec, des centaines d’organismes communautaires suspendront leurs activités pour participer aux dizaines d’actions prévues durant ces deux jours, et même davantage. La liste des groupes participants et toutes les informations sur les actions de la région et d’ailleurs sont disponibles sur  bit.ly/2-3nov-fb et sur bit.ly/2-3nov-info-ocasss ou bit.ly/2-3nov-info-rodcd

L’action « 2-3 novembre, on ferme ! Le communautaire, dehors contre l’austérité » est organisée conjointement par la campagne Je tiens à ma communauté > je soutiens le communautaire et par la campagne Les droits, ça se défend !. Ensemble, elles demandent la fin des compressions budgétaires et un réinvestissement majeur dans les services publics et les programmes sociaux, de même que le respect de l’autonomie et l’augmentation du financement des organismes communautaires autonomes.

- 30 -

Pour plus d’informations : Nathalie Duhamel, RQCALACS (514) 346-5252

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »