JUSTICE POUR LES FEMMES AUTOCHTONES

27 octobre 2015

Montréal le 27 octobre 2015 - Les regroupements d'organisations travaillant directement auprès des femmes violentées souhaitent exprimer publiquement leur solidarité avec les femmes autochtones et lancent un appel à la mobilisation de la population afin que les femmes autochtones aient accès à plus de justice. Nous joignons notre voix à ces femmes réclamant justice et saluons l’immense courage qu’il leur a fallu pour poser le geste salutaire de dénoncer l’intolérable. Nous invitons la population à utiliser la campagne #OnVousCroit pour leur manifester leur appui et appelons à la participation à la Vigile organisée par Idle No More – Québec qui aura lieu le jeudi 29 octobre à 18h00 à la Place des arts. Nous soutenons leurs demandes pour une enquête indépendante sur les gestes posés par des policiers de la Sûreté du Québec de Val d'Or et souhaitons la mise en place rapide d'une commission d'enquête sur la disparition et les meurtres de femmes autochtones au coeur de laquelle les femmes autochtones doivent tenir un rôle prépondérant.

Les responsables de l'administration de la justice, la ministre en tête, les corps policiers, les procureurEs, les juges doivent revoir leurs pratiques et briser les barrières se dressant entre les femmes, tout particulièrement les femmes autochtones et la justice. Toutes les formes de violence envers les femmes, peu importe qui en sont les auteurs, peu importe là où elles se pratiquent, sont des entraves à la sécurité et à la liberté de toutes les femmes et un obstacle majeur à l'égalité de fait pour toutes.

Nos groupes travaillent au quotidien et ce, 365 jours par année depuis souvent 40 ans, pour dénoncer la violence envers les femmes et offrir des alternatives à celles aux prises avec la violence physique et sexuelle. Nous sommes trop souvent témoins de l'indifférence dans laquelle les femmes dévoilant les agressions subies se retrouvent ou encore de l'impunité dont bénéficient trop d'agresseurs. Nous travaillons au quotidien pour que la honte change de camp et que la société assume ses responsabilités pour faire cesser cette violence.

Aujourd'hui, c'est avec nos soeurs autochtones que nous nous élevons pour réclamer justice. Cette justice suppose, dans un premier temps, que nous reconnaissions l'impact du colonialisme sur les communautés autochtones et que nous soutenions les demandes de réparation légitimes qu'elles portent. 

Les femmes autochtones, cibles de mépris et de racisme, connaissent trop bien l'impact du silence et du désintérêt envers la violence qu'elles subissent. Certaines se sont levées, comme d'autres femmes autochtones avant elles, pour nommer l'injustice et les horreurs qui en découlent depuis trop longtemps. Leurs voix s'élèvent et un mouvement doit les suivre.

Diane Matte, Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES)

Manon Monastesse, Fédération des maisons d'hébergement pour femmes (FMHF)

Sylvie Langlais, Regroupement des maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale (RMHFVVC)

Nathalie Duhamel, Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)

 

Pour plus d'informations:

Éliane Legault-Roy, CLES (514) 750-4535 ou 692-4762

Marie-Hélène Senay, FMHF (438) 929-2201

Sylvie Langlais, RMHFVVC (514) 220-1057

Nathalie Duhamel, RQCALACS (514) 346-5252

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »