34e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes

10 septembre 2015

Communiqué de Presse

Pour diffusion immédiate

Montréal, le 10 septembre 2015 – Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) souligne, le vendredi 18 septembre 2015, la 34e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes sous le thème : Les agressions sexuelles…brisent des vies.

Les femmes paient un prix élevé dans leur vie car les agressions sexuelles ont des conséquences graves qui se répercutent à long terme. Que dire des femmes qui perdent leur travail parce que l’agresseur est le patron ou un collègue? De celles qui perdent leur logement parce que l’agresseur est le propriétaire ou leur fournisseur de soin ? De celles qui risquent la déportation lorsque l’agresseur  parraine leur demande de résidence ?  Que dire des jeunes femmes étudiantes qui abandonnent leurs études parce que l’agresseur est un professeur ou un collègue étudiant? Et toutes ces femmes qui perdent leurs amoureux, leurs enfants, leurs familles, leurs amis…

En cette journée de solidarité, nous pensons tout particulièrement aux femmes autochtones qui élèvent leurs voix contre la violence envers leur sœurs mais également aux femmes qui vivent différents contextes de vulnérabilités accentuant les risques d’agressions sexuelles que ce soit en raison d’un statu d’immigration précaire ou d’une situation de handicap ou des préjugés face à leur appartenance culturelle ou à leur orientation sexuelle.  

Le stress post-traumatique, l’insomnie, les cauchemars, les troubles alimentaires, la colère, l’automutilation, la toxicomanie, la dépression, l’anxiété, la peur, la faible estime de soi sont autant de conséquences dont souffrent les survivantes d’agression sexuelle. Une femme sur trois vit cette réalité, souvent en silence. La violence sexuelle brime leur épanouissement.

Dans les CALACS,  75% des demandes d’aide sont liées à l’inceste ou à des agressions commises pendant l’enfance ou l’adolescence. 91% des agresseurs sont connus des victimes. 50% des victimes attendent plus de 13 ans avant de demander de l’aide en raison de la honte, de la peur et de la culpabilité. Nous savons que le dévoilement constitue un obstacle difficile pour les victimes. Nous devons leur offrir des choix, un soutien adéquat, une écoute attentive, selon leurs besoins et leur rythme, pour les aider à reprendre du pouvoir sur leur vie.

La Journée d’action contre la violence sexuelle du 18 septembre2015, est un des moyens que nous avons choisi pour sensibiliser le public sur les conséquences des agressions sexuelles. Divers événements sont organisés partout au Québec.  Il suffit de rejoindre le CALACS de sa région pour participer et de consulter notre site au www.rqcalacs.qc.ca

-30-

Source : RQCALACS

Pour information : Nathalie Duhamel, cellulaire : 514-346-5252

Actualités RQCALACS

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

3
avr

Un rassemblement sans précédent en faveur de l’abolition du délai de prescription pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que pour l’obtention d’un soutien adéquat à ces personnes

Lire la suite »

7
mar

Nous accueillons favorablement les 9 millions de dollars annoncés sur trois ans pour rehausser l’accès aux services d’aide et de soutien pour les survivant.e.s d’agression à caractère sexuel. « Nous sommes reconnaissantes envers la ministre David qui a su entendre nos préoccupations. Ces sommes permettront certainement aux centres de pallier, en partie, au manque de ressources auquel ils sont confrontés depuis longtemps déjà et qui a été amplifié et mis en lumière par la vague de dénonciations #MoiAussi », soutient Stéphanie Tremblay, porte-parole du RQCALACS.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

#EtMaintenant

Lire la suite »