Violences sexuelles,femmes immigrantes, réfugiées et sans statut: Avancer sans délais pour le respect des droits humains

16 mars 2015

Afin d'appuyer les revendications visant à ce que les femmes immigrantes, réfugiées et sans statu puissent également bénéficier du droit à une vie sans violence sexuelle, le RQCALACS a déposé le mémoire du Mouvement contre le viol et l'inceste devant la commission chargée d'étudier le plan d'action gouvernemental en matière d'agression sexuelle.

Les femmes immigrantes et réfugiées font face à des situations extrêmement complexes qui requièrent divers types d’intervention et la mobilisation de plusieurs intervenantes pour la défense de leurs droits. Depuis 13 ans, le MCVI offre  des services spécialisés aux demandeuses d'asile, soit des femmes ayant subi un viol  collectif dans leur pays, des femmes fuyant l'excision, des femmes agressées sexuellement durant leur parcours migratoire, des réfugiées de guerre ou des femmes ayant subi de la torture, des immigrantes victimes de viol ou d'inceste, et des victimes du trafic sexuel.

Ce mémoire est écrit avec la volonté de porter publiquement le sort réservé aux citoyennes dont les droits sont souvent bafoués, voir niés, à cause de leur statut d'immigration. Nous l'écrivons en joignant nos voix à celles d'autres individus et groupe pour qui les droits des citoyennes et des citoyens ne sont pas conditionnels mais plutôt des droits indéniables.

Le mémoire présente :

  1. des éléments cruciaux permettant de mieux comprendre le retard cumulé en termes de droits par ces femmes

  2. des principes transversaux qui devraient guider le prochain plan d'action

  3. des recommandations visant à bonifier les cinq (5) mesures spécifiques concernant les femmes immigrantes et réfugiées contenu dans le plan actuel

  4. des nouvelles mesures afin de répondre aux enjeux actuels liés aux divers statuts d’immigration;

  5. des recommandations pour la recherche.

Consultez le mémoire du MCVI intitulé " Violences sexuelles,femmes immigrantes, réfugiées et sans statut: 

Avancer sans délais pour le respect des droits humains"

présenté à la Commission des relations avec les citoyens en mars 2015  (en format pdf).


En réponse à l'invitation de la  Commission des relations avec les citoyens dans le cadre du Rapport de la mise en oeuvre du Plan d’action gouvenemental 2008-2013 en matière d’agression sexuelle, le RQCALACS a remis un nouveau mémoire pour résumer ses principales recommandations, lesquelles sont présentées en détail dans le document. " Mettre fin à la violence sexelle au nom d'une réelle égalité entre les sexes" adressé en mai 2014 au Comité interministériel de coordination en matière de violence conjugale, familiale et sexuelle par le RQCALACS. 

Consultez le nouveau mémoire, intitulé "  Les agressions à caractère sexuel, c'est NON. Ensemble RÉAGISSONS !" présenté à la Commission des relations avec les citoyens en mars 2015  (en format pdf).

Actualités RQCALACS

19
oct

Le Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) accueille favorablement l’initiative des ministres David et Charlebois d’octroyer 1M$ en fonds d’urgence pour répondre aux demandes supplémentaires qu'occasionne le mouvement #Moiaussi.

Lire la suite »

18
oct

Mercredi 18 octobre 2017 – Hier, mardi le 17 octobre, se tenait le lancement du programme Empreinte – Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel, un nouveau programme de prévention destiné aux jeunes de niveau secondaire, à leurs parents et au personnel scolaire. Après une phase d’expérimentation dans six écoles de différentes régions, le programme est maintenant prêt à être déployé à l’ensemble du Québec pour l’année scolaire 2017-2018. Ainsi, 26 Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) offriront ce programme dans une ou plusieurs écoles de leur territoire, en fonction de leurs ressources et de leur disponibilité.

Lire la suite »

26
sep

Montréal, 26 septembre 2017 – À la suite d’une audition ayant fait les manchettes en juin 2017, une décision du Tribunal administratif du Québec (TAQ) confirme que les trois victimes d’actes criminels qui sont prestataires de l’aide sociale ne pourront pas conserver leurs indemnités. Une injustice qui a assez duré, s’indignent des groupes communautaires.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

36e Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes : les activités des membres

Lire la suite »