Pierre-Hugues Boisvenu et le gouvernement Harper veulent-ils vraiment aider les victimes d’actes criminels?

07 mars 2012

Les oreilles nous chauffent à entendre les dernières déclarations du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu! Le fait que l’homme se soit rétracté n’apaise pas notre indignation. Le sénateur Boisvenu prétend parler au nom de l’ensemble des victimes en se faisant passer pour leur grand défenseur. Le problème c’est que le discours de droite de monsieur Boisvenu, ainsi que celui du gouvernement Harper, ne colle pas à celui des femmes victimes que nous rencontrons depuis trente ans dans notre Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS).

Au CALACS – La Maison ISA, nos nombreuses années de pratique auprès des femmes et adolescentes ayant subies des agressions sexuelles nous ont appris que les victimes qui choisissent d’en appeler au processus judiciaire ne le font pas pour réclamer vengeance. Leurs motivations sont plutôt d’empêcher que l’agresseur recommence et que la société reconnaisse le(s) crime(s) qu’elles ont vécus. L’intervention auprès des victimes nous apprend aussi que les personnes qui ont subi de la violence veulent principalement retrouver une vie normale et préfèrent investir leur énergie pour elle-même : développer des habilités pour affronter les moments de crise, chasser la honte, exprimer la colère, réapprendre à faire confiance, reprendre du pouvoir sur sa vie, etc. Pousser l’agresseur au suicide n’a jamais été une stratégie envisagée par aucune d’entre elles.

Pour justifier ses propos, monsieur Boisvenu fait notamment référence à l’affaire Pickton. Cette affaire, il est vrai, a fait plusieurs victimes, majoritairement des femmes des premières nations. Or, il nous semble que l’approche autochtone en matière de justice n’a jamais fait la promotion de la loi du talion. C’est plutôt le rétablissement de l’équilibre, la guérison individuelle et collective des victimes qui sont promus.

En tant qu’organisation féministe, nous nous opposons à la mise en place de mesures répressives telles que proposées par le gouvernement Harper avec le projet de loi C-10 sur la lutte à la criminalité. En effet, de nombreuses études démontrent que les mesures de répression du crime ne dissuadent pas les criminels. Nous savons également que la criminalité est en baisse au pays. Bref, le projet de loi C-10 ne propose pas de véritables solutions afin d’aider les victimes et de prévenir les agressions.

Nous sommes donc très perplexes lorsque monsieur Harper, qui se porte à la défense de son sénateur, dit que son « gouvernement existe pour aider les victimes ». Si c’était vraiment le cas, voici ce qui serait à faire : privilégier l’approche préventive aux mesures répressives qui ne donnent aucun pouvoir aux victimes, attribuer les fonds nécessaires aux organismes dont la mission est de défendre les droits des victimes, consulter réellement ces organismes avant de légiférer sur des lois les concernant, améliorer le traitement judiciaire des dossiers d’agressions sexuelles impliquant des victimes adultes.

Geneviève Larouche et Carole Tremblay, intervenantes au CALACS-La Maison ISA

Actualités RQCALACS

20
sep

Le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) et ses membres souligneront, ce vendredi 20 septembre, la 38e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes (JACVSFF) en lançant un outil de sensibilisation portant sur les facteurs qui placent les femmes dans des contextes de vulnérabilité face aux violences sexuelles.

Lire la suite »

25
jui

Montréal, le 25 juin 2019 – Une demande d’autorisation d’appel à la Cour suprême du Canada a été déposée le 14 juin 2019 pour le dossier de trois victimes d’actes criminels qui demandent d’avoir accès à la totalité de leurs indemnités de l’IVAC (indemnisation des victimes d’actes criminels).

Lire la suite »

28
avr

« Pour les victimes, la cause est entendue, mais elle le devrait être aussi pour le gouvernement du Québec, car le 4 avril 2018 la Coalition Avenir Québec prenait l’engagement d’abolir le délai de prescription s’il prenait le pouvoir lors des élections générales du 1er octobre dernier, tout comme le Parti Québécois et Québec solidaire. Nous attendons donc un projet de loi et il nous est difficile d’être patient, car nous attendons depuis si longtemps d’avoir simplement un accès juste à la justice » a conclu monsieur Sébastien Richard.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Campagne de la Journée d'action 2019

Lire la suite »