Pierre-Hugues Boisvenu et le gouvernement Harper veulent-ils vraiment aider les victimes d’actes criminels?

07 mars 2012

Les oreilles nous chauffent à entendre les dernières déclarations du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu! Le fait que l’homme se soit rétracté n’apaise pas notre indignation. Le sénateur Boisvenu prétend parler au nom de l’ensemble des victimes en se faisant passer pour leur grand défenseur. Le problème c’est que le discours de droite de monsieur Boisvenu, ainsi que celui du gouvernement Harper, ne colle pas à celui des femmes victimes que nous rencontrons depuis trente ans dans notre Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS).

Au CALACS – La Maison ISA, nos nombreuses années de pratique auprès des femmes et adolescentes ayant subies des agressions sexuelles nous ont appris que les victimes qui choisissent d’en appeler au processus judiciaire ne le font pas pour réclamer vengeance. Leurs motivations sont plutôt d’empêcher que l’agresseur recommence et que la société reconnaisse le(s) crime(s) qu’elles ont vécus. L’intervention auprès des victimes nous apprend aussi que les personnes qui ont subi de la violence veulent principalement retrouver une vie normale et préfèrent investir leur énergie pour elle-même : développer des habilités pour affronter les moments de crise, chasser la honte, exprimer la colère, réapprendre à faire confiance, reprendre du pouvoir sur sa vie, etc. Pousser l’agresseur au suicide n’a jamais été une stratégie envisagée par aucune d’entre elles.

Pour justifier ses propos, monsieur Boisvenu fait notamment référence à l’affaire Pickton. Cette affaire, il est vrai, a fait plusieurs victimes, majoritairement des femmes des premières nations. Or, il nous semble que l’approche autochtone en matière de justice n’a jamais fait la promotion de la loi du talion. C’est plutôt le rétablissement de l’équilibre, la guérison individuelle et collective des victimes qui sont promus.

En tant qu’organisation féministe, nous nous opposons à la mise en place de mesures répressives telles que proposées par le gouvernement Harper avec le projet de loi C-10 sur la lutte à la criminalité. En effet, de nombreuses études démontrent que les mesures de répression du crime ne dissuadent pas les criminels. Nous savons également que la criminalité est en baisse au pays. Bref, le projet de loi C-10 ne propose pas de véritables solutions afin d’aider les victimes et de prévenir les agressions.

Nous sommes donc très perplexes lorsque monsieur Harper, qui se porte à la défense de son sénateur, dit que son « gouvernement existe pour aider les victimes ». Si c’était vraiment le cas, voici ce qui serait à faire : privilégier l’approche préventive aux mesures répressives qui ne donnent aucun pouvoir aux victimes, attribuer les fonds nécessaires aux organismes dont la mission est de défendre les droits des victimes, consulter réellement ces organismes avant de légiférer sur des lois les concernant, améliorer le traitement judiciaire des dossiers d’agressions sexuelles impliquant des victimes adultes.

Geneviève Larouche et Carole Tremblay, intervenantes au CALACS-La Maison ISA

Actualités RQCALACS

16
aoû

Nous sommes à la recherche d'une agente de projet au volet mobilisation des compétences. Envoyez votre C.V. et une lettre de motivation à emploi@rqcalacs.qc.ca

Lire la suite »

5
jui

À la sortie du documentaire «La parfaite victime», nous rappelons que l’enjeu n’est pas d’encourager ou non les survivantes à se tourner vers les tribunaux, mais bien de s’assurer que celles qui choisissent de le faire y soient bien accueillies, écoutées et accompagnées.

Lire la suite »

6
avr

En étroite collaboration avec l'équipe, la personne aura pour mandat de voir à l’avancement des problématiques entourant les agressions à caractère sexuel, à la consolidation et à la visibilité dans l’espace public du RQCALACS et de ses membres.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

Projet vedette

«Courageuses de toutes façons… À notre façon!»

Lire la suite »