Les groupes de femmes en quête d’égalité vont continuer à exiger une réforme des lois sur la prostitution

26 mars 2012

Montréal, le 26 mars 2012 - La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution, une coalition pancanadienne d’organisations de femmes revendiquant l’égalité, accueille aujourd’hui avec des sentiments mitigés la décision de la Cour d’appel de l’Ontario concernant les lois sur la prostitution.

Nous sommes déçues du maintien de la disposition sur la communication qui ne fait aucune différence entre les femmes en prostitution et les hommes qui achètent des services sexuels. À titre d’intervenante, nous avions soutenu devant la Cour d’appel que les femmes en prostitution ne devraient pas être criminalisées. Nous savons que ce sont surtout les inégalités économiques, sociales et raciales qui poussent les femmes dans la prostitution. Comme l’a déclaré Jeannette Corbiere Lavell, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada, dans notre présentation au tribunal: «Les femmes autochtones sont surreprésentées et victimisées dans l’industrie du sexe, ce qui témoigne du lien entre le racisme et la misogynie dans la prostitution.»

Nous sommes soulagées de voir que la Cour a maintenu la disposition touchant le fait de vivre des fruits de la prostitution pour ce qui est de l’exploitation, mais très choquées par l’abrogation de la disposition sur les maisons de débauche. Cela équivaut à donner aux hommes la permission d’acheter des femmes dans la prostitution organisée à l’intérieur.

La Cour d’appel de l’Ontario a clairement exprimé son accord avec ce qu’a soutenu la Coalition des femmes devant la cour : la prostitution est toujours dangereuse en soi dans pratiquement toutes les circonstances. Nous convenons avec la Cour, concernant la prostitution, qu’un cadre législatif, moderne et exhaustif, pourrait refléter les valeurs de dignité et d’égalité. C’est pourquoi Diane Matte, porte-parole de la Coalition, a ainsi commenté la décision: «Nous demandons au parlement canadien de suivre l’exemple de la Suède et d’autres pays en adoptant une loi qui, d’une part, contre l’achat de services sexuels et, d’autre part, procure une véritable sécurité économique pour prévenir le recours à la prostitution».

Membres de la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution:

ACCCACS – Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel 
AFAC –Association des femmes autochtones du Canada 
ACSEF – Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry 
RQCALACS - Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel 
CLES – Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle 
Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter 
AOcVF - Action ontarienne contre la violence faite aux femmes

Contact média:

Stéphanie Charron 514 750.4535 - 514 965.2074
stephanie.charron@lacles.org

Documents pour la presse au www.lacles.org

Actualités RQCALACS

19
oct

Le Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) accueille favorablement l’initiative des ministres David et Charlebois d’octroyer 1M$ en fonds d’urgence pour répondre aux demandes supplémentaires qu'occasionne le mouvement #Moiaussi.

Lire la suite »

18
oct

Mercredi 18 octobre 2017 – Hier, mardi le 17 octobre, se tenait le lancement du programme Empreinte – Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel, un nouveau programme de prévention destiné aux jeunes de niveau secondaire, à leurs parents et au personnel scolaire. Après une phase d’expérimentation dans six écoles de différentes régions, le programme est maintenant prêt à être déployé à l’ensemble du Québec pour l’année scolaire 2017-2018. Ainsi, 26 Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) offriront ce programme dans une ou plusieurs écoles de leur territoire, en fonction de leurs ressources et de leur disponibilité.

Lire la suite »

26
sep

Montréal, 26 septembre 2017 – À la suite d’une audition ayant fait les manchettes en juin 2017, une décision du Tribunal administratif du Québec (TAQ) confirme que les trois victimes d’actes criminels qui sont prestataires de l’aide sociale ne pourront pas conserver leurs indemnités. Une injustice qui a assez duré, s’indignent des groupes communautaires.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

36e Journée d'action contre la violence sexuelle faite aux femmes : les activités des membres

Lire la suite »