Plateforme électorale du Regroupement québécois des CALACS

16 août 2012

 

Montréal, le 16 Août 2012 - À l’heure des choix de la campagne électorale, les membres et partenaires du RQCALACS souhaitent connaître les engagements des partis politiques en vue d’offrir à toutes les Québécoises victimes d’agression sexuelle des services accessibles et diversifiés. . Le RQCALACS a fait parvenir hier sa plateforme électorale aux principaux partis politiques.

En voici un aperçu :

Un besoin primordial des victimes d’agression sexuelle est de pouvoir recourir à un service d’aide spécialisé, à proximité de leur résidence, et dans un délai raisonnable d’attente. Cette année, certains CALACS ont dû fermer leurs portes pendant l’été, d’autres ont réduit leurs activités à cause d’un manque de financement, et ce sont plusieurs femmes et adolescentes qui se sont retrouvées sans aide.

Par ailleurs, comme vous le savez, le taux de dénonciation des infractions sexuelles est en baisse au Québec. Nous observons fréquemment que les victimes accompagnées maintiennent leur plainte et persévèrent dans leurs démarches. Dans une optique de libre choix et de respect de la diversité des besoins des victimes, les CALACS continuent d’offrir des services d’accompagnement judiciaire, mais encore trop souvent sans référence, ni reconnaissance de la part des institutions juridiques et policières. Comment les partis politiques comptent-ils assurer des services de première ligne choisis par et pour les femmes?

Suite aux revendications de la Marche Mondiale des Femmes, à deux pétitions déposées le 21 octobre 2010 à l’Assemblée nationale du Québec et à un engagement (mesure 10 du plan d’égalité entre les hommes et les femmes) du gouvernement libéral, la réintégration de l’éducation à la sexualité obligatoire dans les écoles tarde à se concrétiser. Les partis s’engagent-ils à réintégrer les cours d’éducation à la sexualité obligatoires dans toutes les écoles primaires et secondaires du Québec, et ce dans une perspective favorisant l’égalité entre les hommes et les femmes?

Enfin, la question des impacts sociaux et économiques des activités minières ou des chantiers hydroélectriques sur les femmes, et en particulier les femmes autochtones, est totalement absente du Plan Nord. Que comptent faire les partis politiques pour s’assurer que les femmes vulnérables ne soient pas davantage exposées à la violence, aux préjugés et à plus d’inégalité?

Actualités RQCALACS

31
mai

Le RQCALACS est à la recherche d'une organisatrice communautaire féministe ayant de l'expérience au niveau de la vie associative et de l'organisation d'événements. Entrée en poste en août 2018

Lire la suite »

24
mai

Hier en fin d’après-midi, la CFVF a rencontré le chef du Parti québécois, Jean François Lisée, accompagné de la vice cheffe, Véronique Hivon, et de la représentante de la condition féminine, Catherine Fournier. La CFVF a bien entendu exigé une rencontre avec chacun des chefFEs de partis mais tous n’ont pas donné suite à cette invitation. Cette première rencontre devrait donc être annonciatrice des suivantes…

Lire la suite »

4
avr

Québec, le 4 avril 2018 - Un regroupement historique de personnalités politiques, de personnes impliquées depuis longtemps en faveur des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, ainsi que de représentants d’organismes venant en aide aux femmes et aux hommes qui ont subi ces sévices se sont regroupés, en ce 4 avril 2018 à Québec, pour réclamer l’abolition du délai de prescription prévu dans le Code civil du Québec pour les victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Or, le 19 décembre dernier, le Protecteur du citoyen du Québec rendait un avis important en cette matière qui donne une forte légitimité aux revendications de ces victimes.

Lire la suite »

Voir toutes les actualités »

CALACS sur la carte

Voir les coordonnées »

Projet vedette

Commande d'outils de sensibilisation

Lire la suite »